GÉNÉRAL CHOI HONG HI

Fondateur de l'International Taekwon-Do Federation

Général Choi Hong Hi est né le 9 novembre 1918 en Corée du Nord.

À l’âge de douze ans il commença à étudier le Taek Kyon, un art coréen ancien de combat avec les pieds. Plus tard, alors qu’il étudiait au Japon, il rencontra un professeur de Karaté, Monsieur Kim, qui l’aida à obtenir sa ceinture noire premier degré en deux ans. Il intensifia par la suite son entraînement, s’efforçant d’obtenir son second degré. Vers la même période, il commença à enseigner.

Enrolé malgré lui dans l’armée japonaise durant la Seconde Guerre Mondiale, il fut posté à Pyongyang où il fut emprisonné car il était impliqué comme dirigeant du Mouvement Coréen pour l’Indépendance. Voulant maintenir sa forme physique et sa santé mentale durant son emprisonnement, il pratiqua le karaté, seul au début puis, en l’enseignant au personnel de la prison et aux autres prisonniers. La libération de la Corée en août 1945 sauva M. Choi d’une sentence de 7 ans de prison et de son exécution prévue trois jours plus tard.

Devenu un officier dans la nouvelle Armée Coréenne à la fin de la guerre, le Lieutenant Choi continua à enseigner son art martial à ses soldats de même qu’aux soldats américains en poste en Corée.

Ses croyances et sa vision d’une approche différente de l’enseignement des arts martiaux ont amené le Général Choi à combiner des éléments du Taek Kyon et des techniques de karaté pour développer un art martial moderne. Il l’appela le Taekwon-Do, ce qui signifie « l’art des pieds et des mains ». Ce nom fut officiellement adopté le 11 avril 1955.

En 1959, Général Choi fut nommé Président de la nouvelle Fédération Coréenne de Taekwon-Do. Sept ans plus tard, le 22 mars 1966, il créa la Fédération Internationale de Taekwon-Do (ITF). En tant que Fondateur du Taekwon-Do et Président de l’ITF, il avait l’habileté de partager son art avec ses adeptes partout. Aujourd’hui, l’entraînement du Taekwon-Do est disponible partout à travers le monde.

Après une vie dédiée au développement du Taekwon-Do, un art martial moderne basé sur des valeurs traditionnelles, la philosophie et l’entraînement, le Général Choi, Fondateur du Taekwon-Do et Président de la Fédération Internationale de Taekwon-Do, mourut du cancer le 15 juin 2002 dans son pays natal.

 

LA TENUE (DOBOK) ET LES CEINTURES

Le but ultime du Taekwon-Do est d’éliminer le combat en décourageant une agression et ce, par une force qui doit reposer sur l’humanité, la justice, la moralité, la sagesse et la loyauté, dans l’optique de construire un monde meilleur et pacifique.

Le Taekwon-Do est un art qui sous-entend une façon de penser et de vivre en mettant la force au service de la justice. Chaque mouvement de Taekwon-Do est conçu scientifiquement dans un but précis et nos instructeurs développeront chez l’élève la certitude que le succès est possible pour tous.

La puissance extraordinaire générée par le Taekwon-Do développe la confiance vis-à-vis de n’importe quel opposant et ce, dans n’importe quelle situation. L’entraînement au combat nous enseigne l’humilité, le courage , la précision ainsi que la maîtrise de soi.

L’art martial enseigne, entre autre chose, la ténacité et la concentration. Une séance d’entraînement procure à l’adepte le calme et libère l’esprit, ce qui lui permet de concentrer son énergie dans une direction particulière (études, travail, etc).


Il va sans dire que le succès ou l’échec dans la pratique du Taekwon-Do dépend largement de la façon avec laquelle on adhère aux buts du Taekwon-Do. Ces buts doivent guider la conduite de tout étudiant sérieux de cet art martial. 

Le port du dobok doit installer la fierté de l'individu au titre d'adepte du Taekwon-Do. Il est très important pour le porteur du dobok de le garder propre en tout temps, de le porter correctement et de le traiter avec tout le respect dû à son art. 

Les ceintures représentent le symbole de la persévérance chez le pratiquant.


 
 

LES CRÉDOS ET LE SERMENT DU TAEKWON-DO

Le Taekwon-Do prône une philosophie qui met la force au service de la justice dans le but de construire un monde plus pacifique. Fondé sur la discipline personnelle, le Taekwon-Do enseigne des valeurs de société importantes. Le respect de l’autre, la droiture, le sens des responsabilités et l’autonomie sont des valeurs humaines faisant partie intégrante des objectifs d’apprentissage de cet art martial.

Les adeptes ont l’habitude de réciter les crédos pour se remémorer les valeurs importantes et pour se rappeler les qualités qu'ils devraient tendre à cultiver.

Il va sans dire que le succès ou l’échec dans la pratique du Taekwon-do est étroitement lié au respect du code régissant cet art martial. Ces crédos doivent servir de guide à l’étudiant voulant pratiquer sérieusement cet art.

 

COURTOISIE

Promouvoir le respect mutuel. Etre honteux de ses propres vices et dédaigneux de ceux des autres. Etre polis les uns envers les autres. Encourager le sens de la justice et de l’humanisme. Faire la distinction entre l’instructeur et l’élève, le senior et le junior. Respecter les biens d’autrui. Agir avec équité et sincérité.

INTÉGRITÉ

Au Taekwon-do, la définition de l’intégrité est beaucoup plus large que celle du dictionnaire. Chacun se doit de bien définir ce qui est bien et mal, de reconnaître et d’avouer sa culpabilité. Voici quelques exemples où l’intégrité est déficiente : un élève qui demande un grade ou essaie de l’acheter à son instructeur. L’instructeur qui camoufle son incompétence derrière le luxe de sa salle d’entraînement ou de belles paroles. Un étudiant dont les gestes contredisent les paroles.

PERSÉVÉRANCE

Un vieux proverbe oriental affirme que la patience mène à la vertu et au mérite. Pour atteindre un but, que ce soit un degré plus élevé ou la perfection d’une technique, il faut se fixer un objectif et persévérer sans relâche. Confucius a dit : « Celui qui s’impatiente pour de simples choses de commun peut rarement atteindre le succès dans les grandes choses d’importance. »

CONTRÔLE DE SOI

Ce but est primordial aussi bien à l'intérieur du Dojang qu’à l’extérieur, que ce soit dans la façon de se comporter en combat ou dans ses affaires personnelles. Une perte de contrôle en combat peut s’avérer désastreuse pour soi-même comme pour l’opposant. Selon Lao Tzu, on appelle fort celui qui se vainc lui même et non celui qui vainc les autres

ESPRIT INDOMPTABLE

L’adepte sérieux du Taekwon-do sera toujours honnête et modeste. Confronté à l’injustice, il affrontera celle-ci sans peur ni hésitation, quelle qu’elle soit, avec courage, sans regarder qui ou combien s’opposent à lui. Confucius affirme que c’est un geste de lâcheté que de se taire en face de l’injustice. Comme l’Histoire l’a prouvé, ceux qui poursuivent leurs idéaux avec effort, engagement et courage, n’ont jamais manqué d’atteindre leurs buts.

LE SERMENT

Je respecterai les crédos du Taekwon-Do.  
Je respecterai mes instructeurs et mes seniors. 
Je n’utiliserai pas le Taekwon-Do à de mauvaises fins. 
Je bâtirai un monde meilleur et plus pacifique. 
Je serai un champion de la liberté et de la justice. 

LA THÉORIE DE LA PUISSANCE

La théorie de la puissance au Taekwon-Do repose sur des bases qui sont scientifiques et qui utilisent l’énergie cinétique potentielle dans une courbe sinusoïdale pour chacun de ses mouvements.  C’est ce qu’on appelle le « mouvement de vague », ce principe scientifique se résume à cette formule bien connue : E = 1/2 M V²
qui peut ce traduire ainsi : la puissance égale à la masse multipliée par la vitesse.  


► En terme un peu plus commun, dans l’exécution d’un mouvement, il est important d’utiliser la masse conjointement à l’accélération afin de développer de la puissance. Cette façon bien particulière de générer la puissance est ce qui distingue le plus le Taekwon-Do des autres arts martiaux.

Voici les facteurs à respecter pour générer un haut dégré de puissance physique :

  1. La force de réaction

  2. La concentration

  3. L’équilibre

  4. Le contrôle de la respiration

  5. La masse

  6. La vitesse

51973142_2140792475955901_2207002123671961600_o_edited.jpg

LES BASES

 

SAJU JIRUGI

14 mouvements

SAJU MAGKI

16 mouvements

SAJU TULGI

8 mouvements

IMG_3787_edited_edited.jpg

LES TULS

Ce sont des enchaînements logiques et préétablis de techniques d'attaque et de défense contre plusieurs adversaires imaginaires.

 

CHON-JI

Chon-Ji, littéralement « ciel, terre ». Il est interprété en Orient comme étant la création du monde ou le commencement de l’histoire humaine, ainsi, c’est la forme initiale jouée par le novice. Cette forme consiste en deux parties semblables dont l’une représente le ciel et l’autre la terre. Le tracé en croix symbolise l’ensemble des forces cosmiques (terre, eau, feu, ciel) assemblées lors de la création du monde.

19 mouvements – Ceinture blanche, barrette jaune.

DAN-GUN

Dan-Gun est ainsi nommé d’après Saint Dan-Gun, le fondateur légendaire de la Corée en l’an 2333 avant Jésus-Christ. Le tracé représente le concept de « l’étudiant ».

21 mouvements – Ceinture jaune

DO-SAN

Do-San est le pseudonymes du patriote Ahn Chang-Ho (1876-1938) qui consacra sa vie entière à développer l’éducation en Corée et ses mouvements indépendants. Le tracé représente la « voie » comme dans Taekwon-Do.

24 mouvements – Ceinture jaune barrette verte

WON-HYO

Won-Hyo fut un bonze qui introduisit le Bouddhisme dans la dynastie Silla en l’an 686 après Jésus-Christ. Le tracé représente le concept de « l’étudiant ».

28 mouvements – Ceinture verte

YUL-GOK

C’est le pseudonyme du grand philosophe et savant Yil (1536-1584) surnommé « Confucius de la Corée ». Les 38 mouvements de cette forme se réfèrent à son lieu de naissance sur le 38ème parallèle. Le tracé exprime le concept de «l’érudit».

38 mouvements – Ceinture verte barrette bleue

JOONG-GUN

C’est le nom du patriote Ahn Joong-Gun qui assassina Hiro-Bumi Ito, premier gouverneur général japonais de Corée ; ce dernier joua un grand rôle dans l’annexion de la Corée au Japon. Les 32 mouvements de cette forme représentent l’âge de M. Ahn lorsqu’il se fit exécuté à la prison de Lui-Shung en 1910.

32 mouvements – Ceinture bleue

TOI-GYE

Nom de plume du grand savant Yi Hwang (16ème siècle), une autorité du néo-confucianisme. Les 37 mouvements de cette forme rappellent son lieu de naissance sur le 37ème parallèle. Le diagramme signifie « savant ».

37 mouvements – Ceinture bleue barrette rouge

HWA-RANG

Nom d’un groupe de jeunes qui se forme sous la dynastie des Silla au début du 7ème siècle. Les 29 mouvements se réfèrent à la 29ème division d’infanterie où le Taekwon-Do prend sa forme.

29 mouvements – Ceinture rouge

CHOONG-MOO

Nom donné au grand amiral Yi Soon-Sin de la dynastie des Yi. On lui attribue l’invention du premier navire cuirassé (Kobikson) en 1592, le précurseur du sous-marin. Cette forme se termine par une attaque de la main gauche pour symboliser sa mort regrettable, celui-ci n’ayant pas eu la chance de démontrer sa puissance sans limite, contrôlée par la réserve forcée de sa loyauté envers le roi.

30 mouvements – Ceinture rouge barrette noire

KWANG-GAE

Nom du 19ème roi de la dynastie Koguryo, il reconquit tous les territoires perdus y compris la grande Manchurie. Le schéma représente l’expansion et la récupération des territoires perdus. Les 39 mouvements se réfèrent aux deux premiers chiffres de 391 après JC, l’année où il monta sur le trône.

39 mouvements – I Dan

PO-EUN

Po-Eun est le pseudonyme du loyal sujet Chong Mong-Chu (1400) qui était un grand poète. Il est connu de tous les Coréens. Il a également été un pionnier des épreuves physiques. Le schéma représente sa loyauté infaillible pour le roi et le pays vers la fin de la dynastie Koryo.

36 mouvements – I Dan

GE-BAEK

Ge-Baek était un grand général de la dynastie Baek-He. Le schéma représente sa discipline militaire sévère et strict.

44 mouvements – I Dan

EUI-AM

Eui-Am est le pseudonyme de Son Byong Hi, leader du mouvement d’indépendance de la Corée le 1er Mars 1919. Les 45 mouvements se réfèrent à son âge quand il a changé le nom de Dong Hak (culture orientale) en Chondo Kyo (Heavenly Way Religion) en 1905. Le diagramme représente son esprit indomptable, affiché tout en se consacrant à la prospérité de sa nation.

45 mouvements – II Dan

CHOONG-JANG

Choong-Jang est le pseudonyme donné au général Kim Duk Ryang qui a vécu pendant la dynastie des Yi, 14ème siècle. Ce modèle se termine par une attaque de la main gauche pour symboliser la tragédie de sa mort à 27 ans en prison avant d’avoir pu atteindre sa pleine maturité.

52 mouvements – II Dan

KODANG

Kodang est une idée philosophique que l’homme est le maître de tout et décide de tout, en d’autres termes, l’idée que l’homme est le maître du monde et de son propre destin. Il est dit que cette idée se perdit dans la montagne Beakdu qui symbolise l’esprit du peuple coréen. Le schéma représente la montagne Baekdu.

45 mouvements – II Dan

SAM-IL

Sam-Il désigne la date historique du mouvement pour l’indépendance de la Corée, qui a commencé dans tout le pays le 1er mars 1919. Les 33 mouvements dans la structure représentent les 33 patriotes qui ont planifié le mouvement.

33 mouvements – III Dan

YOO-SIN

Yoo-Sin est le nom du général Kim Yoo Sin, un commandant général pendant la dynastie Sylla. Les 68 mouvements se réfèrent aux deux derniers chiffres de l’année 668, année où la Corée a été unifié. La position de préparation signifie un coup de sabre sur la droite plutôt que la gauche, symbolisant l’erreur de Yoo Sin en suivant les ordres de son roi de se battre contre sa nation avec les forces ennemies.

68 mouvements – III Dan

CHOI-YONG

Choi-Yong est le nom du premier ministre et commandant en chef des forces armées pendant la dynastie Koryo du 14ème siècle. Choi Yong était très respecté pour sa loyauté, le patriotisme et son humilité. Il a été exécuté par ses sous-commandants, dirigés par le général Yi Sung Gae, qui devint plus tard le premier roi de la dynastie des Yi.

46 mouvements – III Dan

YON-GAE

Yon Gae est le nom d’un célèbre général pendant la dynastie Koguryo, Yon Gae Somoon. Les 49 mouvements se réfèrent aux deux derniers chiffres de l’année 649, l’année où il força la dynastie des Tang à quitter la Corée après avoir détruit près de 300 000 troupes à Ansi Sung.

49 mouvements – IV Dan

UL-JI

Ul-Ji vient du nom du général Ul-Ji Moon Dok qui a défendu avec succès la Corée contre la force d’invasion des Tang de près d’un million de soldats dirigé par Yang Je en 612 après JC. Ul-Ji utilisait des tactiques de guerilla, de coup et de vitesse qui étaient capable de décimer un grand pourcentage de forces ennemies. Le diagramme représente son surnom. Les 42 mouvements représentent l’âge de l’auteur quand il a conçu ce tul.

42 mouvements – IV Dan

MOON-MOO

Moon Moo honore le 30ème roi de la dynastie Silla. Son corps fut brûlé près de Dae Wang Am (Rocher de Grand Roi). Selon sa volonté, le corps a été placé dans la mer. « Où mon âme sera toujours défendre mon pays contre les Japonais ». Il est dit que le Sok Gul Am (cave de pierre) a été construit pour protéger son tombeau. Le Sok Gul Am est un bel exemple de la culture de la dynastie Silla. Les 61 mouvements dans ce schéma symbolisent les deux derniers chiffres de l’année 661 lorsque Moon Moo monta sur le trône.

61 mouvements – IV Dan

SO-SAN

So-San est le pseudonyme du grand moine Choi Hyong Ung (1520–1604) au cours de la dynastie Yi. Les 72 mouvements se réfèrent à son âge quand il a organisé un corps de moines-soldats, avec l’aide de son élève Sa Myung Dang. Les moines-soldats ont contribué à repousser les pirates japonais qui ont envahi la péninsule coréenne en 1592.

72 mouvements – V Dan

SE-JONG

Se-Jong est le nom du grand roi coréen, Se-Jong, qui a inventé l’alphabet coréen en 1443 et a également été un grand météorologue. Le schéma représente le roi, tandis que les 24 mouvements se réfèrent aux 24 lettres de l’alphabet coréen.

24 mouvements – V Dan

TONG-IL

Tong-Il désigne la résolution et l’unification de la Corée qui a été divisée depuis 1945. Le schéma symbolise l’homogénéité des races. Seuls les tuls renferment les exercices fondamentaux. L’élève doit pratiquer les tuls en accord, en suivant les grades pour atteindre le maximum de résultat avec aisance au niveau de l’effort.

56 mouvements – VI Dan

© 2020 par Coralie MURET pour Taekwon-Do ITF Thonon-les-Bains. Tous droits réservés.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now